• Biographie : Hellstorm Productions

    Depuis 2004, notre but consistait à venir en aide aux groupes ayant l’envie de consacrer du temps sur leur projet musical avec tout le sérieux que cela demande. En effet, notre équipe travaille de manière à permettre au groupe de gagner de l’expérience tout en affirmant leur désir de performer sur scène. Notre mandat consiste à permettre aux artistes de travailler sur les divers aspects ayant un lien avec le domaine de la musique “Metal” et de ces sous-genres.

    Nos activités abondent dans le sens ou nous apportons les outils favorables aux groupes qui se préparent à prendre au sérieux, le développement de la carrière de leur groupe. Depuis 2004, nous oeuvrons dans ce sens, afin de permettre à ces artistes d’acquérir davantage d’expérience de scène, tout en donnant un sens précis à leur projet.

    Notre mandat, consiste à favoriser le développement de l’artiste tout en lui octroyant des moyens d’avancement efficaces et réalisables selon leur moyens. Nous savons qu’il est possible d’accentuer le processus en utilisant des outils capables de donner un sens à ce même développement. Peu importe ce que vous cherchez, nous savons comment vous aider.



  • Understone au Piranha Bar – Samedi 1 Mars 2014 – Montréal

    Samedi-1-Mars-2014

     

    Samedi soir nous étions au Piranha Bar en compagnie de 3 formations que je ne connaissais pas et un headliner que je connaissais déjà. Belles découvertes en perspective!

    À 21H15, la formation Sherbrookoise Winterfall entre en scène avec un son qui créé une atmosphère ambiante me rappelant le travail vocal mélodique des pièces issus du répertoire du grandissîme Dio rencontrant la voix granuleuse de Bobby “Blitz” Ellsworth de la formation Overkill. La première pièce, intitulé Avenger. Dans ce groupe, le clavier prend une grande place dans la création musicale de la première composition. Ce même instrument joue un grand rôle dans l’établissement des ambiances de soutient de la pièce, qui devient un tantinet “épique” dans son essence. Ensuite, ils enchaînent avec une ballade Lost Loving You. Je dois dire que je n’ai pas l’habitude d’entendre des ballades dans le genre de show que j’ai coutume d’organiser. On débute avec un solo de guitare qui me donne l’impression d’entendre un groupe issu des années ’80 du genre de Whitesnake avec une touche moderne. La coexistence entre la guitare et le clavier est bien ficelé et apporte un côté intéressant aux mélodies ambiantes. Par moment, j’ai l’impression d’entendre une suite conséquente de l’album Streets… a Rock Opera de Savatage. Winterfall enchaîne avec Paranoid, un cover de Black Sabbath. Paranoid avec un clavier, c’est spécial. La quatrième pièce, Escaping Punishment débute avec une ligne de basse qui réveille mon attention. Les ambiances s’entremêlent bien et il y a un petit quelque chose qui me rappelle vocalement les débuts de Bruce Dickinson au commencement de sa collaboration avec Iron Maiden lors de l’album Piece Of Minds. Bon, le groupe en était à sa première prestation en spectacle, on y entend de petites incongruités, mais c’est bien fait dans l’ensemble. Ils terminent leur prestation avec un autre cover, cette fois, comme de fait, c’est The Trooper de Iron Maiden.

    Petit changement de groupe et on enchaîne avec Dead Hope Society, qui en était à sa deuxième prestation, alors qu’il s’agissait de la première apparition de la chanteuse soliste, Rachel Marcoux avec le groupe. Une ambiance mystérieuse qui donne un petit teint de psychédélisme. Les vocalises de Rachel démontre un côté fortement développé et puissant au niveau de la voix, laquelle demeure très versatile. La pièce The Return propage un genre qui me rappelle Deep Purple par moment. Ensuite, LSPO suit avec une mélodie ambiante. Même si la pièce est à tempo lent, la chanteuse semble tout de même porter en elle une rage qui lui donne les airs d’une bête de scène se donnant entièrement à son public. La pièce Salvation vient nous démontrer que ce groupe donne dans la création d’ambiances atmosphériques avec un battement à tempo lent. Les cris vocaux ajoutent beaucoup de tonus aux mélodies existantes, puisqu’il y a une excellente symbiose entre les musiciens. Ils enchaînent avec la pièce Hurt de Nine Inch Nails. Petite présentation des membres du groupe agrémenté d’une ambiance musicale qui mènera vers la dernière pièce de leur répertoire pour la soirée, Sunset Down, qui livre une petite ambiance musicale contenant beaucoup d’énergie. La puissance est présente, les harmonies vocales sont excellentes entre le guitariste Daniel Hétu et Rachel, alors que le clavier ajoute une petite touche mystique à l’ensemble. Le tout, livré avec une rythmique pesante par Stéphane Gauvreau (Agony) à la batterie.

     

     

     

    Jack’s Slaughtering embarque avec une énergie très différentes des 2 groupes précédents. Le chanteur fait autant dans la voix scream dans le clean. L’ensemble des mélodies ressemble à un groupe de party. La première pièce composé s’intitule My Last Goodbye avec une dynamique fort entraînante. À l’audition de leur pièce sur le net, la musique me rappelait la dynamique propagé par des groupes tels que Godsmack et Disturbed; toutefois, une fois sur scène, ils ont une drive plutôt Rock N’Roll. La pièce suivante, Drink All Day, Drunk All Night démontre l’esprit festif de cette bande de joyeux lurons. Voila de quoi inviter les gens à boire au point d’oublier leur état de sobriété. La chanson suivante, possède elle-même un côté mystique qui me rappelle A World So Cold de Mudvayne avec un petit quelque chose de System Of A Down. Ambiance et rythmique s’agencent parfaitement dans l’ensemble, avec un solo de guitare qui ajoutait une drive à la Tool. La pièce suivante frappe beaucoup plus. Ici, on oublie les voix clean au commencement parce que par moment, on entend la puissance de Pantera entremêlée d’une saveur Rock. La dernière pièce est digne d’un album de Slipknot à mon avis. Il y a un bel échange harmonique entre les membres de la formation. Très bon groupe avec un son plutôt groovy dans son ensemble.

    - Daimon Hellstorm

    Article d’origine : http://ondeschocs.com/point-de-vue-du-promoteur-under-jacks-dead-hope-winterfall/



  • L’Artiste du Mois de Mars 2014 : Outlying

    Entrevue avec Fred A. Dubeau (Chanteur & Guitariste) :

    1. Tout d’abord, d’où vient l’idée du nom « Outlying » ?
    Réponse : À l’origine, le groupe était composé de trois kids venant de petites paroisses de campagne dans les environs de Bécancour, plutôt que d’une ville comme Montréal, Québec ou même Trois-Rivières ou Drummondville. Le mot « Outlying » signifie ‘Relativement distant d’un centre ou d’un milieu’, donc ça représentait assez bien l’environnement dans lequel on vivait. En plus, c’est un nom facile à retenir et quand même assez ‘catchy’, donc on a conclu que c’était une bonne idée d’adopter ce nom pour remplacer notre nom d’origine qui était ‘The Curse Of Angels’ que l’on commencait à trouver un peu ‘cheesy’. lol

    2. Fondé en 2003, Outlying jouait des reprises de succès à ses débuts. De quels types de « covers » pouvions-nous nous attendre ?
    Réponse : À cette époque, le nu-metal était encore la mode, mais nous avions une préférence pour le metal plus old-school, donc nous faisions surtout des covers de Metallica, Pantera et Slayer, en plus de faire quelques pièces de bands plus modernes/extrêmes tels que Godsmack, System Of A Down et Cradle Of Filth.

    3. Quel a été le facteur ayant poussé votre trio à composer des pièces originales ?
    Réponse : Faire des compositions a toujours été notre objectif, mais c’était plus simple pour nous au début de faire des covers, étant un groupe peu expérimenté qui ne savait pas vraiment comment s’y prendre pour faire des chansons originales. Nous avions quand même réussi à monter une ou deux compositions, mais sans plus.

    4. Vous avez connu une pause avant la sortie de votre EP « Within the Jail of the Unfortunate« , quel a été le facteur vous ayant poussé à reprendre votre activité ?
    Réponse : Le groupe est tombé mort, étant donné que personne ne s’impliquait vraiment, y compris moi, pour composer et faire avancer le projet. À cette époque, cela peut sembler bizarre, mais je n’avais aucun problème à jouer sur scène et interpréter des chansons déjà écrites, mais j’avais une certaine réserve et un sérieux bloquage mental en ce qui a trait à composer mes propres chansons. J’ai joué de la basse, puis de la guitare, dans le groupe Strigampire pendant quatre ans. J’y jouais des pièces déjà composées donc ce n’était pas trop dur pour moi. Pendant ce temps, j’ai toujours voulu repartir mon vieux projet, donc j’ai tenté de trouver une certaine confiance envers mes capacités de compositeurs, et de travailler sur mes propres chansons. J’ai donc recontacté mes vieux partenaires et on a recommencé à faire de la musique ensemble.

    5. Comment as-tu encaissé le départ des deux membres de Outlying avant la sortie de votre premier effort ?
    Réponse : Après ces années, mes vieux camarades étaient un peu passés à autre chose, et ne voulaient plus vraiment faire de la musique de façon sérieuse. Ils ont donc abandonné le projet un après l’autre. C’est sur que c’était plate de ne plus jouer avec mes vieux amis, mais je comprends le fait que jouer dans un band demande d’être dédié, et que les gars voulaient plutôt vivre de façon normale (notre batteur original est père de famille depuis l’an passé). Nous sommes quand même restés en très bons termes.

    6. Lorsque l’on analyse les informations de l’album, on peut rapidement constater que tu as assuré les postes de producteur, ingénieur, mixage, ainsi que de l’imagerie entourant l’aboutissement de ce projet. Comment as-tu trouvé cela de gérer tous ces aspects à la fois ?
    Réponse : Je suis un gars vraiment geek! lol Je m’intéresse à la sonorisation et l’infographie depuis des années, et je passe mes soirées seul devant mon ordinateur avec mon gear à travailler sur ce projet, et parfois sur ceux d’autres bands. Je sors peu, et je suis du genre célibataire éternel! lol Cela me demande beaucoup de travail et ce n’est pas toujours facile, évidemment, mais pour moi ça reste intéressant et valorisant.

    7. Je sais que tu travailles fort à maintenir ce projet actif, quelles sont les motivations qui t’ont permi de tenir le groupe en activité malgré tout le chaos que tu as dû affronter pour que les choses suivent leurs cours ?
    Réponse : Malgré le fait que mon but a toujours été de jouer avec un band dont les gars sont de bons amis avec qui j’ai une bonne liaison, ce band est devenu mon propre projet depuis plusieurs années, donc j’ai du accepter de négocier avec ce fait. Par contre, au fur et à mesure que je me plonge dans tous les aspects de la composition, je me suis rendu compte que la musique peut vraiment être quelque chose d’expressif, et qu’il vaut la peine de s’en servir pour ce que c’est au départ, c’est-à-dire une forme d’art. La musique de ce band me permet d’extérioriser le négatif, donc d’être une libération en quelque sorte. Si je n’avais pas la chance présentement d’avoir des membres qui acceptent de jouer avec moi dans ce band, le projet existerait quand même sous forme de projet studio, tout en tentant de trouver des musiciens pour faire des concerts.

    8. Comme bien des groupes, l’argent cause souvent de gros problèmes dans la réussite d’un projet musical. Comment avez-vous fait pour renverser la vapeur et produire votre CD ?
    Réponse : Je travaille environ 60 heures/semaines à deux emplois différents! lol Pendant longtemps aussi, j’ai pu me servir d’une pièce dans le garage de mes parents comme local de musique pour le band, donc ça ne me coûtait pas grand chose. Mais oui effectivement ça peut être dur étant donné que je suis le seul à fournir l’argent pour maintenir le projet en vie. Le gear/software, la duplication de CDs/merch équivaut à plusieurs milliers de dollars que j’ai du investir de ma poche.

    9. Est-ce que l’ensemble des compositions se trouvant sur « Scars of Daylight » répond aux attentes que tu nourrissais face à ta création ?
    Réponse : Je suis content du résultat et de la réponse en général pour l’album. La musique des compositions en général a fini par donner un produit plutôt atmosphérique en ensemble par contre, et les nouvelles pièces vont être plus pesantes et plus aggressives que celles sur « Scars ». Les idées des nouvelles chansons sont plus viscérales et violentes, et cela va se ressentir de façon évidente dans notre prochain matériel.

    10. Comment as-tu trouvé ta collaboration avec Steve de Cotret pour l’enregistrement de cet album ?
    Réponse : Steve est un ami de longue date. Malgré nos personnalités très différentes, nous sommes vraiment de bons amis. Steve a aidé le band plusieurs fois au drum, quand nous n’avions pas de batteur officiel. Quand est venu le temps d’enregistrer l’album, il a saisi l’opportunité de prendre de l’expérience de studio et d’interpréter nos chansons, ce qui n’était pas nécessairement facile, vu que ce n’était pas lui qui avait composé les parties de drum. Mais le résultat pour moi est parfait, et les sessions se sont très bien déroulées. On peut bien entendre sa contribution et son style dans les pistes finales, et c’est ce que je voulais.

    11. Maintenant que le travail de production est terminé, que comptez-vous faire pour donner un élan à votre formation ?
    Réponse : Continuer à faire des concerts, et sortir un nouvel album dans un avenir proche, question de rester actifs et garder l’intérêt des auditeurs, ‘Scars’ date quand même de printemps 2012. Nous avons l’intention de pousser le band toujours plus loin, sans relâche.

    12. Lors de votre prestation au Piranha Bar, vous avez performé des nouvelles pièces. Peux-tu nous donner les titres officiels des pièces que vous avez interprété ce soir-là ?
    Réponse : En fait, à part la pièce cover de Rihanna, ce sont toutes des pièces de « Scars« !

    13. Depuis la naissance de Outlying, quel à été selon toi, le coup dont vous êtes plus fier d’avoir réalisé ?
    Réponse : Sortir le premier album, et avoir un line-up plaisant et focussé sur le band et la musique comme présentement!

    14.  Pour votre troisième effort, as-tu une vision de ce que vous voudriez recréer au niveau de l’imagerie pour symboliser votre produit ?
    Réponse : Absolument! Il n’y a rien de concret présentement par contre, mais les idées sont là, et on espère pouvoir vous en faire part dans un avenir rapproché.

    15. Quels sont les groupes avec lesquels vous avez préféré partager la scène ?
    Réponse : C’était plaisant de jouer avec Augury et Blinded By Faith il y a quelques années, mais aussi, avec des bands excellents mais moins connus tels qu’Evertrapped, Forbidden Sin ou Lachrymanopsia!

    16. Quel est l’évènement en relation avec l’historique de Outlying, qui vous a fait le plus rire depuis la reformation du groupe ?
    Réponse : Je suis pas sur c’est quelque chose que l’on peut considérer plus comme drôle ou troublant, il y a quelques personnes avec des tattoos d’Outlying! En tout cas, tu pognes de quoi assez solidement quand tu vois quelqu’un qui trippe assez solide pour se faire tatouer ton logo de band!

    17. Si les fans de votre musique désirent se procurer vos produits, où peuvent-ils se les procurer ?
    Réponse : Tout est en vente sur notre site web officiel http://www.outlying.ca et notre album est aussi en vente sur iTunes.

    18.  Es-tu satisfait du courant que suit le groupe en ce moment, ou préfèrerais-tu que les choses s’animent davantage sur divers niveaux ? Si oui, lesquels ?
    Réponse : Ces derniers temps, le groupe allait mieux que jamais, mais par contre puisque ce band semble condamné à subir des problèmes de façon constante, notre batteur européen a eu des soucis avec l’immigration pour le renouvellement de son permis de travail et a du être forcé à retourner en France, son pays natal. Nous espérons le faire revenir au pays le plus tôt possible.

    19. Si tu devais refaire l’histoire de Outlying, y a-t-il quelque chose que tu ne referais pas ?
    Réponse : Beaucoup de choses! lol Ce band a connu énormément d’erreurs de parcours. J’imagine que ma plus grosse erreur serait d’avoir au départ manqué de foi envers le groupe et ma capacité de composer.

    20. Avez-vous un plan de match pour un proche avenir ?
    Réponse : Pour l’instant, on compose, on fait des shows ici et là, et on a hâte que notre drummer revienne au pays!



  • Actualités chez Hellstorm Productions

    1.) Faithful Synthesis est en studio pour l’enregistrement d’un premier effort qui paraîtra sous la formule EP.
    http://www.facebook.com/F8thfulsynthesis
    2.) Karmatik (Québec) descend à Montréal pour nous offrir leur album « Humani-T » en compagnie de Outlying (Trois-Rivières) et Darkaeon (Joliette).
    http://www.facebook.com/karmatik
    3.) On vous révèle la liste des groupes faisant partie de la compilation « A Nephilim’s Gathering » de Hellstorm Recordz.
    http://www.facebook.com/hellstormrecordz
    4.) On parle de Outlying qui nous informera sur l’ensemble de son histoire depuis les débuts de sa formation.
    http://www.facebook.com/outlyingband
    5.) Citizen Vicious en est aux derniers préparatifs devant mener à la sortie de leur album « Loud, Mean, Fast, Dirty » le Samedi 15 Mars prochain, lequel sera distribué par Hellstorm Recordz.
    http://www.facebook.com/citizenvicious
    6.) The Poor Generation enregistre un premier simple au DanRock Studio. La formation a renforcit son quatuor avec l’arrivée de Rémy Redneck Roy (Eternal Judgment) à la basse.
    http://www.facebook.com/thepoorgeneration
    7.) Lessons Of Fate en studio avec Carlos Martin Réategui (C-Martin Recordings / Project Versus) pour l’enregistrement du single « Disgusting Politics » qui sortira en mars.
    http://www.facebook.com/lessonsoffate
    8.) Lachrymanopsia vient de sortir un vidéo « playthrough » de leur pièce « Nature’s Leprosy »
    http://www.facebook.com/lachrymanopsia
    9.) Citizen Vicious partagera la scène avec Hopeless Nation à Trois-Rivières pour le compte de B.I.T.L. Productions.
    http://www.facebook.com/events/345790155558899
    10.) Under Aspect a lancé en ligne son troisième album intitulé « The Thing You Should Not See » le 4 Février dernier. Pour plus d’information, visitez leur page facebook.
    http://www.facebook.com/underaspect
    11.) Suburban Disorder est en pré-production au BigFred Studio pour l’enregistrement de leur troisième album.
    http://www.facebook.com/suburbandisorder
    12.) Evertrapped prend une pause le temps de terminer la préproduction de leur troisième album.
    http://www.facebook.com/evertrapped
    13.) Eternal Judgment prépare également son deuxième album, qui sera distribué par Hellstorm Recordz.
    http://www.facebook.com/eternaljudgment
    14.) Bookakee travaillent toujours à promouvoir leur album « Whorrific » sorti le 13 décembre 2013.
    http://www.facebook.com/bookakee
    15.) Kadraal travail sur la préproduction de son premier album officiel, qui donnera suite à leur album « To help innocence fall » paru en 2010.
    http://www.facebook.com/kadraal
    16.) Get The Shot se prépare pour sa tournée européenne grâce aux Productions La Show Box.
    http://www.facebook.com/gettheshot
    17.) BuckFest : Starbuck Le Roi du Rock nous offre sa 13è édition de son festival, qui consiste à avoir 100 groupes en 30 soirées. Cette année, Hellstorm Productions collabore avec Starbuck en vue de présenter les ‘Mercredis Metal du Buckfest » à l’Escogriffe.
    http://www.facebook.com/events/603122643094261
    18.) Kranyum de la Beauce recherche un studio pour l’enregistrement de leur premier album, lequel fera suite à leur pré-production.
    http://www.facebook.com/Kranyum13



  • A venir en 2014 pour Hellstorm Productions

    Maintenant que le mois de décembre s’achève, nous allons nous préparer à la prochaine année avec quelques productions qui possèdent du tonus. Tout d’abord, dès le Vendredi 10 janvier 2014, nous vous présenterons de puissantes formations qui ont le feu sacré. Avec l’aide d’associés et de collaborateurs, nous travaillons sur divers projets qui nous permettrons de mettre l’emphase sur la visibilité des formations qui viendront nous montrer ce qu’ils ont dans les veines. Une compilation disponible par téléchargement gratuit sera disponible quelque part en février 2014. Présentement, nous avons reçu une trentaine de candidatures en vue de pouvoir prendre l’unes des 10 places disponibles pour la compilation, qui portera le nom “A Nephelim’s Gathering, vol.1” Nous sélectionnons présentement les groupes en conséquence des styles musicaux, tout comme de par leur originalité et leur présence dans l’univers underground. Et ce, surtout les niveaux de compétences.

    Alors, pour 2014, attendez-vous à divers rebondissements, puisqu’avec l’arrivée de Hellstorm Recordz, nous allons sélectionner 10 candidats qui deviendrons le coeur de cette filiale de Hellstorm Productions qui du même fait, agrandit son cadre d’activité. Depuis nos débuts, notre objectifs consistent à donner un coup de main aux groupes émergents en vue de leur permettre de se faire connaître tout en acquérant de l’expérience de scène. Et c’est toujours dans cette optique que nous repoussons nos limites en créant Hellstorm Recordz.

    Le 10 Janvier 2014, nous cesserons de prendre les candidatures de groupes, en vue de procéder à la sélection des 10 groupes que nous choisirons pour représenter sur le marché underground. Ces candidats seront choisis par les membres de Lessons Of Fate et Dave Rouleau de Ondes Chocs ; alors que 10 autres groupes sélectionnés par Daimon Hellstorm s’ajouterons à la liste de 20 artistes qui se retrouveront sur la dite compilation à paraitre en Février 2014.

    Et attendez-vous à d’autres développements pour février 2014, alors que Hellstorm Productions s’est joint à l’équipe de Starbuck pour créer les soirées “Métal” de son festival. Alors, soyez prêts pour de puissantes prestations de la part des groupes de la scène montréalaise.



  • Worth Dying For au Café Chaos – 23 Novembre 2013 – Montréal

    Samedi le 23 novembre, je me suis rendue au Café Chaos à Montréal pour assister à un événement organisé par Hellstorm Productions. Le line-up était très diversifié, composé de quatre groupes de styles variés, provenant de différents endroits au Québec. Après 2 heures de route dans la première tempête de neige de l’année, à écouter le nouvel album de François Pérusse et à pleurer de rire… un, deux 8594! Je suis prête à découvrir le Café Chaos. Je me suis finalement rendu compte que j’y avais déjà mis les pieds plusieurs fois dans mon jeune temps (Il y a 4 ans de ça!). Je rencontre plusieurs membres des groupes et jase un peu avec tout le monde. Je constate rapidement que le chandail Ondes Chocs est vu différemment à Montréal par rapport à chez moi à Gatineau. Alors qu’il créé plutôt une curiosité à Gatineau, il est bien connu à Montréal et créé une sorte de fraternité. Par exemple, à Gatineau/Ottawa les gens me posent plutôt la question “J’ai entendu parler d’Ondes Chocs! Vous faites quoi au juste?” tandis qu’à Montréal les gens m’approchent en me disant : “HEEEEEYYYYY ONNNDDDEEESS CHHHOOOOOOCCCSSS!!!! Tu vas écrire une review? MALADEEEE! Je connais Dave, c’est un esti de MALADEEEE!” Bref… avec une touche un peu plus familière!

    Les portes ouvrent dans moins de 30 minutes et le serveur demande à tous les gens déjà en haut de descendre en bas pour se faire étamper. Ça sonne un peu violent! En descendant pour aller me faire étamper, j’imaginais un doorman enragé qui veut donner une volée à tout le monde. Ah une étampe… c’est plus doux qu’une claque dans la face! Vers 8h30, l’heure à laquelle le show est annoncé, la salle est surtout peuplée par les membres des groupes qui donnent le show ce soir-là! On espère que les gens commenceront à arriver et 30 minutes plus tard, la salle est bien remplie et la vente de billets se déroule à la hauteur des attentes de l’organisateur. Je dois dire que j’ai été bien surprise par la façon efficace de gérer le déroulement de la soirée de Daimon Hellstorm. Il sait clairement où il s’en va et prend le temps de parler à chaque groupe pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté concernant le déroulement de la soirée. Ça s’est avéré efficace puisqu’il n’y a eu aucun temps d’attente exagéré entre les groupes et que tout le monde savait où il s’en allait.

    Le premier groupe commence sa prestation. Death Intended est un groupe de metalcore de la ville de Québec qui existe depuis 2008. Le groupe en était à sa première prestation à Montréal. Composé de Carl Dufour au vocal et à la guitare, Arnaud à la guitare, Samuel Chen Dubé au clavier, Max à la basse et de Jonathan Bédard à la batterie, le groupe donne dans le metalcore progressif. Leur bassiste est entré dans la formation 3 semaines avant ce spectacle. Des clean vocals sont effectués par le chanteur alors que le claviériste et le guitariste s’occupent des harmonies vocales. Quelques compositions du groupe sont assez longues et le claviériste ajoute de bonnes lignes mélodiques à l’ensemble. Le groupe a clairement du potentiel mais doit, à mon avis, continuer de se définir d’avantage, de travailler leur son et de s’approprier la scène. J’ai vraiment apprécié l’attitude du chanteur, Carl Dufour, qui est vraiment sympathique et soutient tous les autres groupes, en étant en avant de la scène tout le long du show et en démarrant des pits à plusieurs reprises.

    My Shadow embarque sur scène devant une foule très calme et éloignée. Cette formation de Gatineau offre un mélange original de death metal mélodique mêlé à du power metal et à des harmonies vocales très présentes. Avant même de commencer, le chanteur dit à la foule que le show sera vraiment meilleur à deux pouces de la scène et invite les gens à s’approcher. Le bassiste en ajoute en disant « Quesser vous faites là! On se créerait un lundi! Let’s go gang, c’est samedi!! Réveillez-vous! » Sa technique est clairement efficace parce que les gens s’avancent et semblent s’être réveillés. Le groupe nous présente des pièces de leur album Decayed World qui vient tout juste d’être lancé au début du mois d’octobre. La foule embarque dès le début et la musique du groupe est reçue de façon très positive. Les musiciens dégagent une bonne énergie, ont vraiment du plaisir entre eux et le transmettent bien à la foule. Pendant leur performance, le groupe invite un gars de la foule à monter sur la scène puisque c’est sa fête. Il lui offre un shooter et le remercie d’être monté de Gatineau pour voir le show. Pendant un moment mélodique, le chanteur descendra dans le pit de moins d’une dizaine de personnes pour se défouler avec eux. À l’avant-dernière chanson, le hi-hat du batteur s’effondre par terre. Daimon Hellstorm fera partie intégrante du spectacle pour la dernière pièce, puisqu’il tiendra le hi-hat du drummer jusqu’à la fin du spectacle! Malgré cela, le groupe n’arrête pas de jouer et semble trouver ça drôle plutôt que d’être déstabilisé! La foule est nettement réchauffée et l’ambiance est bonne.

    Le 3e groupe à monter sur scène, Faithfull Synthesis, est un groupe de deathcore mélodique originaire de Joliette. Le chanteur, Shafi Alam, est tout un numéro et en était seulement à sa 2e apparition sur scène ce soir-là. La prestation du groupe a débuté avec des blagues que ce dernier racontait au public alors que les autres musiciens se préparaient. La foule embarque bien dans ses blagues simples mais efficaces:

    J’aime beaucoup les enfants surtout quand ils sont entrain de fabriquer mes souliers!

    J’ai l’impression que ses blagues n’auraient pas eu autant d’impact si ce n’était pas du charisme du chanteur. Il a un visage très expressif et parle avec un accent. Il chante avec des cris stridents et puissants alors que le bassiste a un growl grave et imposant. J’ai bien aimé le contraste des deux voix au registre complètement opposé. Les guitaristes font des riffs accrocheurs, alternant entre des moments plus ambiants avec certaines influences black metal, des moments plus thrash, des accords plus pesants et groovy et des breakdowns. Le chanteur est très humble et affirme : « On passe après des groupes qui sont vraiment meilleurs que nous! On est habitué d’être à la 3e place! ». La foule est très attentive et les gars de Death Intended sont fidèles au poste pour mettre de l’énergie devant la scène avec d’autres spectateurs. J’ai bien hâte de voir l’évolution de Faithful Synthesis, qui visite présentement des studios d’enregistrement.

    Le dernier groupe de la soirée, Worth Dying For, a clairement capté l’attention de la foule avec son metal mélodique progressif. Le groupe de Québec est composé de 6 musiciens talentueux soit Dave Tweddell au vocal, Alexandre Fisette et Dave Langlais aux guitares, Vincent Bourgouin à la basse, Patrick Mailloux au clavier et Keven Bessette à la batterie. Le son des musiciens est très bien balancé et la composition des pièces est très variées. Le claviériste, est vraiment énergique derrière son instrument et prend beaucoup de place dans l’instrumentation alors que le bassiste s’amuse clairement et fait beaucoup d’expressions faciales en jouant. Le chanteur prend bien sa place en tant que frontman et son registre vocal est très versatile, ne laissant personne indifférent avec sa voix mélodique bien contrôlée. Les arrangements de guitares sont très intéressants avec des effets variés qui sont bien maîtrisés et des solos effectués habilement. Il est intéressant de voir comment le groupe s’est adapté au changement de chanteur au printemps 2013. Malgré l’arrivée de 3 nouveaux membres depuis leur album Tears and Ashes, la chimie de groupe des musiciens a rapidement été établie. Surveillez l’évolution de ce groupe qui a récemment signé un contrat chez Hémisphère Studio pour l’enregistrement de leur prochain EP avec Antoine Baril (ex-Augury, Symbolic, Deviant Process) derrière la console.

    Bref, ce fut une virée à Montréal vraiment agréable qui m’a donné l’occasion de découvrir de très bons groupes de la province que j’ai bien hâte de voir évoluer et progresser. Il est assez rare de retrouver quatre groupes de l’extérieur, dans un même line-up, comme c’était le cas ce soir-là Merci à Hellstorm Productions pour l’accès au spectacle et pour cette soirée bien réussie! Ah oui, en terminant… les photos sont de moi mais mon appareil est bien ordinaire.

    Article d’origine : http://ondeschocs.com/brrrrrrr-samedi-des-couvertes-au-chaos/



  • L’Artiste du Mois de Novembre 2013 : EVERTRAPPED

    Formation Death Metal de la Rive-Sud de Montréal, Evertrapped possède un son défini qui lui donne un style bien à lui: la formation Metal nous apporte une musique qui tient d’un récit mélodique digne des productions professionnelles américaines. Puissant et mélodique, la musique du quintette propose divers thèmes tournant autour de métaphores. Toutefois, on doit pointer l’important travail qu’ont fait les gars du groupe pour produire un album très intéressant de par sa livraison. J’ai eu la chance de les voir en spectacle après avoir écouté plusieurs fois leur album The Anomaly, sorti l’an dernier. On parle ici d’une superbe production musicale d’envergure qui sonne comme une tonne de brique. Le travail des guitaristes Fred Dupuis et Vincent Benoît est remarquable, puisqu’ils livrent le même son sur scène. Le batteur Éric Lemire apporte une dimension rythmique très percutante et diversifiée qui anime vivement les mélodies des guitaristes. En ce qui a trait au travail du chanteur James Brooks, il rend parfaitement la donne autant en studio que sur scène. Le travail vocal exécuté entre James, Fred et Vincent est remarquable dans l’exactitude de l’exécution des « pitchs ». Un groupe qui mérite qu’on s’y attarde puisqu’il a un bon produit et une bonne livraison. Récemment, le bassiste Charles Fortin a quitté le groupe, laissant son poste vacant. La formation recherche une personne capable de se déplacer sur la Rive-Sud pour pratiquer. Il doit avoir son propre matériel et être sérieux.

    Depuis sa formation, Evertrapped a fait plusieurs collaborations avec divers groupes sur divers shows. Les gars ont partagé la scène avec les formations Anonymus, Tribunal, Lachrymanopsia, Nephelium, Derelict, The Catalyst, Crimson Shadow, Beheading Of A King, Augury, Suffocation, Born Broken, The Agonist, Outlying, Kadraal, Forbidden Sin, The Poor Generation, Paroxysm, Mononc’ Serge, Korpius, Kalter, Ancestor’s Revenge, Continental, Orial, Uriel, Profane Anthem, Dagaz, Deicide, Skull Fist, Black Moor, Erimha, etc. Parmi les influences de la formation, nous y retrouvons Death, Unearth, Machine Head, Scar Symmetry, Soilwork, Arch Enemy, In Flames.

    Ce qui devait le propulser vers des horizons plus intéressants, c’est le son particulier que le groupe dégage sur scène qui rend le tout encore plus intéressant. Parce que là, on ne se trompe pas: ce que l’on entend sur l’album est parfaitement reproduit sur scène. Avec deux albums en banque, le groupe démontre le sérieux de leur démarche. Tout dernièrement, il a lancé sa première vidéo officielle, « Enlightened By The Darkness Within », issu d’une réalisation d’Éric Lemire, batteur du groupe, qui donne le ton sérieux du produit de par la qualité de l’ensemble. La pièce en question provient de l’album The Anomaly paru en 2012. Ils accumulent les bons à chaque étape de leur progression et je crois que ça mérite d’être souligné. La pièce « The Mass Inf3ction » a été sélectionnée pour être sur la Compilation du MetalFest de Trois-Rivières 2013.

    Discographie :
    2010 – Tales From The Supermax (Album)
    2012 – The Anomaly (Album)

    Vidéo Officiel :
    Evertrapped – Enlightened By The Darkness Within (2013).

    Entrevue EVERTRAPPED: Rite de Passage: 20 Questions.

    1.) En 2010, vous avez sorti un premier album intitulé Tales From The Supermax. Quelle a été la réception des gens pour cet album?

    Réponse: Plutôt froide: notre bassiste nous a quittés après le show du lancement, ce qui nous a obligés à mettre les shows et toute la campagne promotionnelle sur la glace. Par contre, c’est sans rancune à l’endroit du bassiste, ce dernier qui voyageait Québec-Montréal pour venir jamer…en fait, il nous aimait en criss!

    2.) Combien avez-vous écoulé de copies de ce premier effort?

    Réponse: Si on considère que l’on va en flusher près de 200 copies d’ici quelques jours, disons que nous en avons écoulé 250 copies!

    3.) Trouvez-vous avoir acquis une belle expérience avec tout le processus entourant la création de Tales From The Supermax?

    Réponse: Énormément! C’était notre première expérience d’enregistrement « Home Made » et nous avons adoré tout le processus! Nous avons beaucoup appris de nos erreurs…et de nos réussites, et ce, surtout au niveau de la captation sonore et du mixing. Du coup, cela nous donne un bon avantage financier: nous pouvons enregistrer des albums de grande qualité en ne sortant de nos poches que quelques dollars!

    4.) Quelle a été votre meilleure réussite avec cet album?

    Réponse: De mener à terme un tel projet fut très satisfaisant! Sachant l’envergure de tout ce que ça implique, ça nous a permis de créer l’identité du band, d’apprendre à mieux nous connaître tant dans les hauts que dans les bas…

    5.) Quelle a été votre pire expérience pendant cette époque?

    Réponse: Comme dit précédemment, le fait que le bassiste nous lâche a vraiment retardé notre venue sur la scène locale. En effet, près de 2 ans ont été nécessaires pour trouver un bassiste capable de repicker nos riffs… Charles avait su nous livrer la marchandise si complexe demandée.

    6.) Pensez-vous être accessible à un auditoire plus large avec votre album The Anomaly?

    Réponse: Pas trop sûr! Ce qui l’est, c’est que la venue de James au vocal et de Charles à la basse n’ont que rendu le band beaucoup plus complet, beaucoup plus identitaire à ce que l’on voulait être: du [EVERTRAPPED] technique, rapide et agressif, avec un son bien à lui, et ce, non seulement sur album, mais aussi et surtout sur scène.

    7.) Quel spectacle vous a le plus motivé dans ceux que vous avez faits depuis le début de la formation?

    Réponse: C’est dur à dire, car tous les shows nous sont importants. Par contre, celui de Halifax nous a beaucoup plus; jouer en compagnie de Deicide et The Agonist fut une fucking belle expérience.

    8.) Quelle est la réussite dont vous êtes le plus fier depuis vos débuts?

    Réponse: La première fois que le band a assisté à un moshpit (lol!) pendant l’une de nos prestations…et on aimerait bien que ça n’arrête pas! Non, non…sérieusement, la sortie du premier vidéoclip du band en est une criss de bonne!

    9.) Lorsque vous avez travaillé sur le « artwork » de votre pochette de l’album The Anomaly, vous avez travaillé avec Rémy FX Couture. Comment fut l’expérience?

    Réponse: En fait, nous avons travaillé indirectement avec ce dernier; c’est plutôt notre photographe-concepteur de « artwork », nul autre que Philip Faith, qui a travaillé avec Rémy Couture.

    10.) Pourquoi avoir porté votre choix sur ce dernier pour la conception de la pochette?

    Réponse: Si nous avons choisi Philip, premièrement, c’est parce que Vincent, le soliste de Evertrapped, a travaillé à quelques projets avec ce dernier; puis, parce qu’il fait des photos extraordinaires qui conviennent très bien à l’image du band.

    11.) Quelle a été l’idée de base ayant engendré toute cette préparation? Est-ce en raison d’un thème en particulier véhiculé dans les paroles?

    Réponse: Et bien, le titre de l’album est venu avant la conception de la pochette. Par la suite, Philip nous a proposé plusieurs images en lien avec la thématique voulue.

    12.) De quoi parlent vos thèmes en général?

    Réponse: James: « The end of all existence as we know it through the predominance of human misery. » De là Evertrapped: À jamais piégé!

    13.) Dans quoi puisez-vous vos influences pour l’écriture de vos paroles ?

    Réponse: Avant tout, les maquettes instrumentales inspirent James! Aussi, sans répondre nécessairement à la question précédente, car James en aurait pour des pages à commenter, il aurait bien de la difficulté à mettre ses paroles ensemble sans, entre autres, joindre à la liste Tolkien, Martin… En effet, James est un grand lecteur et cela transparaît dans ses textes…

    14.) Le 7 Octobre dernier, vous avez sorti une vidéo officielle pour la pièce « Enlightened By The Darkness Within » issu de l’album The Anomaly. Comment a été l’expérience pour vous et pour Eric (Batteur) qui a réalisé le produit?

    Réponse: Ostie de calvaire lol! Non, non… mais beaucoup, beaucoup de travail! Tout a fini par fonctionner au moment où nous avons rencontré Michael Michaud pour faire la postprod du clip! À partir de cet instant, tout ce qui a été mis en place pour créer la vidéo s’est consolidé.

    15.) Côté marchandise, avez-vous réussi à écouler celle du deuxième album?

    Réponse: Nous avons écoulé la quasi-totalité des cd. Il faudrait d’ailleurs y voir de plus près et prendre une décision, à savoir si on duplique à nouveau 500 copies ou si on poursuit seulement la vente de The Anomaly en version électronique… Quant aux autres articles, t-shirts, stickers, etc., y’en reste en masse!

    16.) Avez-vous un plan de match pour le futur ?

    Réponse: Tellement! D’abord et avant tout, la composition. Nous avons déjà 7 nouvelles tounes pour le prochain album. Selon nous, nous devrions entamer le processus d’enregistrement du 3e album d’ici la fin de l’hiver 2014, pour ainsi donc offrir d’la bonne zézique aux fans…disons pour l’été 2014.

    17.) Vous avez également participé au Metal Académie 2013, organisé par Xtrem Productions et le Café Chaos. Comment avez-vous trouvé cela, de participer à un tel concours?

    Réponse: Certains membres du groupe ont aimé; d’autres, moins…Tout est dans la vision des choses! Mais chose sûre: c’est une expérience de plus à notre actif et ça, c’est ce qui importe le plus à nos yeux. Aussi, ça nous a permis de travailler sur certains aspects de techniques de notre « playing » et de notre prestance sur scène, chose non négligeable!

    18.) Récemment, vous avez joué au Spread The Metal Festival de Halifax. Comment avez-vous trouvé votre expérience ?

    Réponse: Que de plaisir! Un vrai trip de jeunes ados en cavale qui laissent toutes leurs obligations à la maison pour tripper une fin de semaine dans un festival monstre! De partager la scène avec de gros noms tels The Agonist et Deicide, de covoiturer pendant 24 heures dans un aller-retour rapido presto, de tripper à l’hotel, de festoyer au bar du festival, etc. font partie des expériences mémorables… et ça consolide encore une fois les liens qui nous unissent.

    19.) Qui sont les groupes avec lesquels vous avez aimé le plus partager la scène?

    Réponse: En fait, tous les groupes avec lesquelles y’a moyen de jaser comme des grands et de s’entendre sur le matériel à apporter, le temps alloué… Je dirais que rares sont les shows où des membres de bands se prenaient pour d’autres! Dans le milieu du metal, la plupart des musiciens ont une tête sur les épaules!

    20.) Quels sont vos espoirs vis-à-vis votre bête musicale?

    Réponse: Nous visons gros! Nous croyons énormément en notre produit, nous savons que nous sommes capable de livrer la marchandise et que nous allons laisser éventuellement nos traces. Mais si tel n’en est pas le cas, notre priorité première est de s’faire du fun! Pour tous les membres du band, Evertrapped est une passion qui n’a pas de prix!

    La formation sera en spectacle le 1er Novembre au Café Chaos de Montréal avec Paroxysm, Lessons Of Fate, Death Brigade, Kanibaal Jö et le 16 Novembre au Maximum Billards de St-Hubert avec Paroxysm, Point Blank Rage, Lessons Of Fate, Distorthead, Death Brigade. Surveillez-les dès maintenant.

    http://www.evertrapped.com
    https://www.facebook.com/evertrapped
    http://www.reverbnation.com/evertrapped



  • Le mois des défunts chez Hellstorm Productions

    Pour le mois de novembre, nous avons plusieurs bons spectacles qui apparaissent dans la section Nos Événements :

    Jeudi 07 Novembre – Piranha Bar : Outlying / Decline Of Faith / Seismic Breach et Shape The Above
    Samedi 16 Novembre – Maximum Billards : Paroxysm / Point Blank Rage / Lessons Of Fate / Distorthead / Death Brigade
    Samedi 23 Novembre – Café Chaos : Worth Dying For / Faithful Synthesis / My Shadow / Death Intended
    Samedi 30 Novembre – Barock : Fullmoon (Lancement d’album) / Kadraal / Brabded By Pain / transe Metal Machine



  • L’Artiste du Mois d’Octobre 2013 : Cereal Killers (Hommage à Green Jelly/Jello)

    Ce coloc de musiciens présente une version humoristique de la formation californienne Green Jellÿ, le groupe a vu le jour suite à l’annulation du spectacle du groupe original, lesquels devaient venir à Montréal en vue de faire un show pour le compte de Dungeon Works Productions. Toutefois, le groupe a annulé leur concert à Montréal. Désirant absolument rendre l’événement réalisable, la gang de Dungeon Works se sont débrouillés pour monter un groupe hommage à la formation, tout en s’amusant pleinement. Voici une entrevue avec les membres d’un groupe né d’une mauvaise expérience avec la formation originelle.

    Membres de Cereal Killers :

    Michelle « Yeti » Ayoub (Dungeon Works Productions) – Vocal
    Mat Paré (Bookakee, Valfreya, Pimp Bizkit, Xtrem Productions) – Basse
    Dave Evangelista (Chainsaw Armageddon, Pimp Bizkit) – Guitare
    Ralph Abou Samah (Chainsaw Armageddon) – Drum

    Jusqu’à maintenant, comment trouvez-vous votre expérience en tant que “Cereal Killers”?

    Rep : Assez « awesome » merci. À chaque jour nous nous approchons de notre but ultime de devenir les maitres de l’univers, tout comme « He-Man » et « She-Ra » qui le sont en ce moment, si je ne me trompe pas.

    Ondes Chocs avait couvert l’évènement lors de l’annulation de Green Jellÿ, en recevant en entrevue Nick Guérin (Dungeon Works Productions), partenaire d’affaire de Yeti. Toutefois, on se demande ce qui vous a poussé à poursuivre l’aventure. Pourquoi poursuivre un trip aussi loufoque que celui-çi ?

    Rep : Pourquoi pas? Et franchement je n’aime pas cette idée de loufoqueries – nous sommes archi-sérieux. On a clairement montré que nous sommes un milliard de fois plus talentueux et chouettes que le vrai chanteur.

    Quel est votre plan avec ce projet ? Entrevoyez-vous le projet sur du long terme, ou bien vous allez suivre le “flow” de la demande sans pousser plus loin ?

    Rep : Nous comptons remplir nos poches d’argent, de drogues, et de belles femmes, tout en restant « fucking cool ». « Fucking Tits » comme dirait les jeunes d’aujourd’hui.

    Quelle est la pièce du groupe que vous adorez le plus jouer sur scène ?

    Rep : « Three Little Pigs ». Parce que, c’est « fucking » les « Three Little Pigs ».

    Avez-vous un répertoire qui s’étend sur les 3 albums de la formation, ou vous contentez de jouer le premier album uniquement ?

    Rep : Qui sait? Ça change. Venez voir le show et vous allez le voir.

    Est-ce que l’on peux dire que le plaisir est l’essence même de cette formation ?

    Rep : « That and boobs ».

    Étant tous des personnes très occupées, allez-vous pousser davantage l’aventure, ou bien allez vous simplement attendre la prochaine saison Halloween (2014) avant de refaire surface ?

    Rep : Seulement Miss Cléo connaît cette réponse.

    En regardant vos vidéos de votre premier spectacle, on peut voir que vous avez poussé l’audace de vous fabriquer des costumes de scènes. Sont-ils tous fait à la main (DIY), ou bien s’agit-il de costumes acheté en boutique spécialisé ?

    Rep : Un peu des deux. Nous travaillons sur de nouveaux costumes. Pas fort parce qu’on est « awesome ».

    Cette formation originaire de Montréal, compte d’excellent musiciens et beaucoup de détermination à produire du gros plaisir à la foule. Pour tous ceux qui n’ont pas peur du ridicule et qui se complaisent dans le rire sarcastique. Yeti et sa bande ont tout pour plaire à ceux qui se plaisent dans l’hilarité la plus extrême. Ils seront en show au Maximum Billards de St-Hubert (26 Octobre) lors d’une présentation de Hellstorm Productions, ainsi qu’aux Katacombes lors d’une soirée organisée par Xtrem Productions (31 Octobre).